ZOOM
15 décembre 2020

L'abeille qui emballe GreenTrip

Rédigé par Raphaël

Dans le cadre de notre jeu-concours avec l'abeille qui emballe (en bas de page), le créateur des beeswraps Guillaume Willm nous raconte son parcours, entre surf et engagements de fond pour la planète. Une perspective engagée contre un ennemi protéiforme : le plastique.

Les voyages forment la sagesse

Discuter avec Guillaume en plein COVID, c'est un peu voyager par procuration. Originaire de la Côte d'Azur, il a dépassé ses rêves de tropiques pour les vivre plusieurs fois. Un biberon rempli de voyages donc, duquel il puise une expérience du vivant singulière, matrice de son combat contre la plastique et ses déchets.

122607448_821984665286359_8113958021344776169_o.jpg

Enfant de la houle, Il décide en 2014, Master en marketing dans les poches, de partir sur les routes en Australie. L'Océanie demeure un passage hautement symbolique pour ce passionné de la planche. Coach de surf quelques mois précédemment à Los Angeles, il réitère cette expérience sur la côte australienne, à Byron Bay notamment. Jusqu'à l'année dernière, il poursuivait ces initiations sportives au Sri Lanka, après des passages prolongés au Brésil, Panama, et Portugal. Polyglotte et d'une curiosité sans limites, il s'enrichit de rencontres fortes et insolites. Chacune de ses expériences, terrestres ou maritimes, ont contribuées à forger une conscience sincère de l'impact des activités humaines sur l'environnement. Direction la plage. 🏝

Protéger notre terrain de jeu

Car Guillaume est avant tout un surfeur et mieux encore : un guide. Il avertit des dangers, montre les courants, analyse les conditions climatiques. Cette science pratique a une influence directe sur ses actes et celui de son milieu. Bouchons, filets de pêche et bouteilles d'huile en vadrouille sont malheureusement légions sur les côtes et ce contact permanent alimente depuis toujours la prise de conscience des surfeurs. En effet, le mouvement reste fidèle à ses idéaux contestataires et n'hésite pas à se lever contre les projets de construction qui détruisent le local et changent les vagues. Guillaume alerte cependant sur la dissonance cognitive qui perdure dans le surf, celle consistant à dénoncer la pollution des mers mais a se déplacer sur des kilomètres à la quête du prochain spot.

129245430_853684542116371_1720048161350667459_o.jpg

L'envers du décor, Guillaume le fait désormais remonter chaque semaine à la surface avec deux associations : Opération mer propre à Antibes, et Paddle cleaner à Nice. Avec la première, il sort de l'eau des tonnes de déchets, allant de l'épave de bateau au coffre-fort jeté après le cambriolage. Paddle Cleaner lui permet quant à elle de concilier son activité d'apnéiste et son engagement écolo dans la baie de Villefranche. Les ramassages sont mesurés, comptés, et les données transmises aux organismes pour le suivi. Et sa motivation ne s'arrête pas là ! ♻️

De la vague à l'abeille

C'est au cours d'une balade sur un marché australien qu'il est tombé pour la première fois sur les beeswraps, ces emballages super écolos d'un nouveau genre. Ce procédé de conservation au carrefour de plusieurs combats -zéro déchet et protection des abeilles- l'a immédiatement séduit.

117175941_765623840922442_4793359370020207373_o.jpg

Depuis quatre ans, il élabore désormais ses propres beeswraps en local avec une recette quasi secrète (spoiler) : sa cire d'opercule non traité est fournie par Jean-Louis Lautard, un apiculteur engagé qui disperse ses colonies en transhumance jusqu'en Haute-Provence. Au tissu en coton certifié, Guillaume ajoute une résine de pins bio directement venue de Biscarrosse parachevée avec une huile de jojoba choisie pour ses propriétés antiseptiques et inodores. Son dosage reste inchangé mais sa technique s'est affinée avec le temps, et fonde le succès de son atelier. Du reste, viendront prochainement des collaborations artistiques sur de nouveaux motifs. En n'oubliant pas de remercier les abeilles 🐝

En attendant que les commerces se mettent (à l'instar de cette bergerie) à emballer leur production dans des beeswraps consignés, on peut s'en fournir par ici.

Mais surtout, si vous souhaitez tenter de gagner 3 beeswraps, rendez-vous instagram : @greentrip.io ! Et pour suivre le travail de Guillaume, c'est par ici : @labeillequiemballe

crédits photo: @lyonphotographe @jo_sefha @l'abeillequiemballe